WWW.INFOS-ESCALADE.BE Index du Forum WWW.INFOS-ESCALADE.BE
GRIMPER – ESCALADE en Belgique – ROCHERS BELGES –BLOCS et FALAISES DE WALLONIE - SPOTS INEDITS - TOPOS
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Chacaltaya (5395mt)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    WWW.INFOS-ESCALADE.BE Index du Forum -> CHRONIQUES ROCHASSIERES ET ALPESTRES
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Ads






Posté le: Sam Sep 23, 2017 7:02 pm    Sujet du message: Ads

Revenir en haut de page
davide



Inscrit le: 28 Avr 2007
Messages: 260

MessagePosté le: Mar Déc 29, 2009 8:26 pm    Sujet du message: Chacaltaya (5395mt) Répondre en citant

La journée commence à 5h30, sous une pluie battante qui, comme d'habitude, transforme les rues de l'Alto, périphérie indienne de La Paz, en un seul et unique torrent de boue. Mon compagnon d'aventure a 18 ans lui aussi, son prénom c'est Raul, son nom de famille c'est un mélange d'aymara et d'espagnol à rallonges multiples, que j'ai renoncé à retenir. Il vit avec le Chacaltaya au-dessus de la tête depuis son enfance, aime voyager et impressionner les jeunes filles, c'est pourquoi il a accepté avec joie l'invitation du gringo loco pour cette escalade.

Notre équipement a un je-ne-sais-quoi de baroque, on chausse des baskets trouées, à l'intérieur desquelles un sac plastique autour des chaussettes devrait nous protéger les pieds de l'humidité (c'est beau les illusions!). 3 pulls de laine l'un sur l'autre, Raul a sorti la chompa de alpaca pour l'occasion. On mangera des sandwichs au poulet et du yaourt.

Rapidement, et malheuresement sans rencontrer de minibus, on traverse la ville. du quartier de l'université, ou je vis, essaye d'apprendre à danser et travaille on passe à celui d'Alto Lima, faubourg miteux pour les pessimistes (eau dite potable potentiellement mortelle, gosses au travail avant et après l'école, délinquence et pollution) ou pittoresque pour les optimistes (cholitas en jupes longues, tissus multicolores et chapeau en cylindre, marchés animés, rythmes de cumbia).

Après les dernières maisons, c'est l'océan vert de l'altiplano. de l'herbe, de l'herbe, de l'herbe, des rares maisons de berger ou je n'ose pas imaginer la température nocturne et des marécages ou, en jeunes cools rebelles dédaignant la route empierrée ("nosotros, directo") on s'enfonce à chaque pas. Splendide, vaste... pénible. A chaque creux, on imagine en sortir bientot. A chque crete, "puta, arto nos falta". Ce cirque dure pendant quatre heures. Heuresement, les arguments de conversation, à savoir les demoiselles du quartier et la comparaison de leurs respectives rondeurs plus ou moins généreuses, ne manquent pas.

C'est déjà fourbus mais motivés et souriants que nous arrivons à un lac, bleu, au delà duquel s'élève notre montagne, rouge roches ferreuses, jaune sable et blanc pour le glacier lointain. une route, parcourrue par de rares bus touristiques, grimpe sur la gauche en un ample détour. tout droit, c'est un labyrinthe de moraines, pierriers, coulées de boue et parois verticales en état de décomposition avancée, jusqu'aux premires neiges.

Le temps est presque beau, j'arrive meme à me cramer le nez, mais des nuages vers l'Huayna Potosi nous avertissent que ça ne va pas durer. NOS SEMOS DEPORTISTAS. C'est porquoi, on part tout droit, croisant au passage un troupeau de vigognes. Ma joie de gamin devant ces bêtes magnifiques et laineuses fait sourire mon ami.

La montée est bien raide et les constructeurs de
ces champs de cailloux ont été cruellement radins sur le ciment. On ne parle que pour jurer, et le traditionnel "coge su madre" évolue bien vite en une série de variantes fantaisistes telles que "coge su abuela" et "coge su gallina suicia". Pardon pour le vocabulaire, les puristes de l'Alpe (ou l'Ande) sublime me pardonneront, mais c'est une loi connue de tous les voyageurs que la vulgarité de l'alpiniste est directement proportionelle à l'effort à fournir.

La rencontre d'un autre lac, vert cette fois, est l'occasion révée pour une pause-reverie. "aqui, hay que llevar las chicas". Re-re-re-re-départ, vamos.

On arrive dans ce qu'était le lit du glacier. des cailloux, des cailloux et du sable jaune mouillé. Vue la pente et l'instabilité de celle-ci, les interjections, à caractère dénigratoire, sexuel ou blasphématoire, pleuvent. Ainsi que les flocons de neige.

Comble de la farce, une amie nous appelle pour nous communiquer qu'à L'Alto, grand soleil. Mais le Raul a plus d'un tour dans son sac. Rapidement, il sort de sa poche le meilleur ami du randonneur en situation de mauvais temps. Un lecteur MP4 portable, fleuron de la technologie moderne (seule lui manque la machine à laver), se charge de remplir l'air des notes de "ahora te vas", chanson locale au rythme entrainant et aux paroles allusives.
C'est donc dans un flot ininterrompu de feintes impolies et de boules de neige (grands gamins) que l'on grimpe le saut rocheux, heursement facile, de schiste pourri et mouillé qui nous sépare de la combe supérieure. Raul n'est pas habitué à ce genre d'exercice, mais avec un peu d'aide il s'en tire à bon compte.
La distance qui nous sépare d'"este glaciar de mierda" semble maintenant courte, mais c'est le classique piège à cons, on en a encore pour une demi heure de caillasse de la catégorie la plus infâme. "Hay chicas?", on crie aux touristes au refuge qui nous font de grands signes, mais seul l'éco répond, trop de vent...
un pas et puis l'autre, baisse les yeux... On est au glacier. Pour la énième fois depuis que je vais en montagne, je maudis ma stupidité et me demande pourquoi je suis pas au café avec les copains ou meme chez moi devant un bon film.
Ce qui de la ville semblait n'être qu'une gentille pente de neige presque plane se révèle ëtre un miroir de glace vive à 40 degrés, farci de quelques crevasses ça et là et, pour couronner le tout, couvert d'une fine mais antipathique couche de farine récente. Avec un piolet pour deux et pas de corde ça va être plaisir.
Les rochers à gauche, verticaux, sont inaccessibles. Quant à ceux de droite, leur friabilité ferait la joie d'une entreprise de démolition. Le tonnerre gronde au loin, c'est horrible, l'Eiger est pas loin, on va tous crever, argh! et pour couronner le tout je suis tout décoiffé à cause du vent....

C'est donc dans le climat détendu qui règne quant on sait que l'on ne risque pas grand chose (l'orage ne viendra pas jusqu'ici, la visibilité est malgré tout bonne et on peut facilement revenir en arrière) mais que l'on aura une belle histoire à raconter au retour qu'on s'aventure sur la glace. Track, track, track, cling... "cuidado, grieta, prestame la pioleta". Vive l'inconscience, la traversée de cette pente raide, dure et froide ne nous effraie pas plus que ça... track, track, cling... "todo bien?", "me parece de ser el Terminator... yaaaa", "te gusta escalar el hielo?", "arto deporte es, puta". track, track, track...
Juste au moment ou on commence à bien s'amuser, la neige devient soudain violente, en petites boulettes qui s'insinuent partout. La pente devient bien instable et je mène en catastrophe notre cordée sans corde vers l'arête de droite, maintenant praticable bien que peu engageante. Avec mille précautions, on rampe plus qu'on ne grimpe sur ces éboulis pleins de saleté blanche et de nuages bas.

Sommet, on le sait parce qu'on ne peut plus monter. Bonne grosse claque dans le dos de mon infortuné camarade, puis je le pousse à commencer la descente au plus vite. Coup de bol, les traces des touristes sont encore visibles sur l'arête facile qui mène tranquillement et sans autres difficultés au refuge et à ce qui est le plus haut laboratoire de physique au monde.

Deux heures de descente dans une gadoue blanche nous attendent, mais on ne peut renoncer au plaisir de s'avaler ce qui était la dernière tranche du panettone de Noel, bien contents de l'aventure fraichement vécue.


bonne année à tous Wink
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
davide



Inscrit le: 28 Avr 2007
Messages: 260

MessagePosté le: Mar Déc 29, 2009 8:57 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Les photos:
le soussigné
Raul et sa montagne
vigognes
au sommet


Seulement les utilisateurs registred peuvent voir des liens sur ce forum.
Registred ou Login sur le forum.




Seulement les utilisateurs registred peuvent voir des liens sur ce forum.
Registred ou Login sur le forum.




Seulement les utilisateurs registred peuvent voir des liens sur ce forum.
Registred ou Login sur le forum.





Seulement les utilisateurs registred peuvent voir des liens sur ce forum.
Registred ou Login sur le forum.

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
JCV
Site Admin


Inscrit le: 14 Fév 2007
Messages: 1585

MessagePosté le: Mer Déc 30, 2009 6:32 am    Sujet du message: Répondre en citant

Superbe Davide, à peine parti tu me manques déjà, ainsi que « nos premières à la No Ôtes »

Pour votre information, depuis le 27 novembre, Davide est en Bolivie pour 6 mois, il n’aura donc pas trop tardé à réaliser une ascension et dans ces conditions précaires, il faut le faire.

A toi et à ton compagnon un grand bravo Exclamation Je te souhaite et à tous ceux de la-bas, une très bonne et heureuse année 2010.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
drdeb



Inscrit le: 09 Avr 2007
Messages: 32
Localisation: Liège-Ferrières-Barvaux

MessagePosté le: Dim Jan 10, 2010 4:11 pm    Sujet du message: Répondre en citant

C'est super Davide, on en attendait pas moins de toi.
En plus, tu as un certain don pour la plume, quand on te lit, on a l'impression d'y être avec toi.

Passe une bonne année et n'oublie pas qu'on t'aura gardé quelques surprises pour ton retour.

Stef
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Miché



Inscrit le: 16 Fév 2007
Messages: 67
Localisation: Pecrot

MessagePosté le: Lun Jan 11, 2010 10:54 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Extra! Davide.
Et bravo pour tes récits on ne peu mieux détaillés.
Bonne continuation . ok
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
davide



Inscrit le: 28 Avr 2007
Messages: 260

MessagePosté le: Mar Jan 12, 2010 4:26 pm    Sujet du message: Répondre en citant

grand merci à tous les [CENSORED] s pour les compliments et les voeux, qui font bien plaisir Wink

Stef.. j'attends de voir ça avec impatience Cool Very Happy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    WWW.INFOS-ESCALADE.BE Index du Forum -> CHRONIQUES ROCHASSIERES ET ALPESTRES Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum



Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com

Abuse - Report Abuse - Limites de service et d'intimité.
Powered by forumup.be le forum libèrent gratuitement, faites votre forum libre! Created by Hyarbor & Qooqoa
Confirmed

Page generation time: 0.243